Skip to navigation
Derrida's Library Reference List Interventions Visualization

Use escape to immediately leave any filter panel

▽
Author options
▽
Subject options
▽
Cited by Derrida in options
▽
Language of Publication options
▽
Original Language options
▽
Place of Publication options
▽
Reference Type options
▽ Original Publication Year
Original Publication Year options
-381 1967
▽ Edition Year
▽ Printing Year
Printing Year options
1944 1991

1,052 Results

Clear All

Sort By

Sort options
↻
View bibliographic details for A study of writing the foundations of grammatology, 1952 (detail of this page not available)
Footnote

A study of writing the foundations of grammatology, 1952

Ignace J. Gelb

1963

p. 23

Grammatologie : « Traité des lettres, de l'alphabet, de la syllabation, de la lecture et de l'écriture », Littré. À notre connaissance, ce mot n'a été utilisé, de nos jours, pour désigner le projet d'une science moderne, que par I. J. Gelb. Cf. A study of writing the foundations of grammatology, 1952 (le sous-titre disparaît dans la réédition de 1963). Malgré un souci de classification systématique ou simplifiée et malgré des hypothèses controversées sur la monogénèse ou la polygénèse des écritures, ce livre répond au modèle des histoires classiques de l'écriture.

Cited in De la grammatologie p.13

View bibliographic details for La Naissance de la tragédie (detail of this page not available)
Epigraph

La Naissance de la tragédie

Friedrich Nietzsche

1949

p. 172

Socrate, celui qui n'écrit pas.

Cited in De la grammatologie p.15

Footnote

Histoire de l'écriture

James Février

1948

p. 5

Parler ici d'une écriture première ne revient pas à affirmer une priorité chronologique de fait. On connaît ce débat  : l'écriture est-elle, comme l'affirmaient par exemple Metchnaninov et Marr, puis Loukotka, « antérieure au langage phonétique » ? (Conclusion assumée par la première édition de la Grande Encyclopédie Soviétique, puis contredite par Staline. Sur ce débat, cf. V. Istrine, Langue et écriture, in Linguistique, op. cit., pp. 35, 60. Ce débat s'est aussi fixé autour des thèses du P. van Ginneken. Sur la discussion de ces thèses, cf. J. Février, Histoire de l'écriture, Payot, 1948-1959, p. 5 sq.) Nous essaierons de montrer plus loin pourquoi les termes et les prémisses d'un tel débat appellent la suspicion.

Cited in De la grammatologie p.16

Footnote

Langue et écriture

V. M. Istrin

p. 35

Parler ici d'une écriture première ne revient pas à affirmer une priorité chronologique de fait. On connaît ce débat  : l'écriture est-elle, comme l'affirmaient par exemple Metchnaninov et Marr, puis Loukotka, « antérieure au langage phonétique » ? (Conclusion assumée par la première édition de la Grande Encyclopédie Soviétique, puis contredite par Staline. Sur ce débat, cf. V. Istrine, Langue et écriture, in Linguistique, op. cit., pp. 35, 60. Ce débat s'est aussi fixé autour des thèses du P. van Ginneken. Sur la discussion de ces thèses, cf. J. Février, Histoire de l'écriture, Payot, 1948-1959, p. 5 sq.) Nous essaierons de montrer plus loin pourquoi les termes et les prémisses d'un tel débat appellent la suspicion.

Cited in De la grammatologie p.16

Footnote

Langue et écriture

V. M. Istrin

p. 60

Parler ici d'une écriture première ne revient pas à affirmer une priorité chronologique de fait. On connaît ce débat  : l'écriture est-elle, comme l'affirmaient par exemple Metchnaninov et Marr, puis Loukotka, « antérieure au langage phonétique » ? (Conclusion assumée par la première édition de la Grande Encyclopédie Soviétique, puis contredite par Staline. Sur ce débat, cf. V. Istrine, Langue et écriture, in Linguistique, op. cit., pp. 35, 60. Ce débat s'est aussi fixé autour des thèses du P. van Ginneken. Sur la discussion de ces thèses, cf. J. Février, Histoire de l'écriture, Payot, 1948-1959, p. 5 sq.) Nous essaierons de montrer plus loin pourquoi les termes et les prémisses d'un tel débat appellent la suspicion.

Cited in De la grammatologie p.16

Quotation

Émile ou de l'éducation

Jean-Jacques Rousseau

1762

plus fondamentale que celle qui, avant cette conversion, passait pour le simple « supplément à la parole » (Rousseau).

Cited in De la grammatologie p.17

Footnote

La voix et le phénomène

Jacques Derrida

1967

C'est un problème que nous abordons plus directement dans La voix et le phénomène (P.U.F. 1967).

Cited in De la grammatologie p.17

View bibliographic details for Les écritures indiennes. Le monde indien et son système graphique. (detail of this page not available)
Footnote

Les écritures indiennes. Le monde indien et son système graphique. in L'Ecriture et la psychologie des peuples: actes de colloque

Jean Filliozat

p. 148

Cf. par ex. EP. pp. 126, 148, 355, etc. D'un autre point de vue, cf. Jakobson, Essais de linguistique générale (tr. fr. p. 116)

Cited in De la grammatologie p.20

View bibliographic details for L'Ecriture et la psychologie des peuples: actes de colloque (detail of this page not available)
Footnote

L'Ecriture et la psychologie des peuples: actes de colloque

1963

p. 126

Cf. par ex. EP. pp. 126, 148, 355, etc. D'un autre point de vue, cf. Jakobson, Essais de linguistique générale (tr. fr. p. 116)

Cited in De la grammatologie p.20

View bibliographic details for L'Ecriture et la psychologie des peuples: actes de colloque (detail of this page not available)
Footnote

L'Ecriture et la psychologie des peuples: actes de colloque

1963

p. 355

Cf. par ex. EP. pp. 126, 148, 355, etc. D'un autre point de vue, cf. Jakobson, Essais de linguistique générale (tr. fr. p. 116)

Cited in De la grammatologie p.20

View bibliographic details for Essais de linguistique générale (detail of this page not available)
Footnote

Essais de linguistique générale

Roman Jakobson

1963

p. 116

Cf. par ex. EP. pp. 126, 148, 355, etc. D'un autre point de vue, cf. Jakobson, Essais de linguistique générale (tr. fr. p. 116)

Cited in De la grammatologie p.20

View bibliographic details for Organon: Catégories, De L'interprétation (detail of this page not available)
Quotation

Organon: Catégories, De L'interprétation

Aristotle

1959

p. 77

Si, pour Aristote, par exemple, « les sons émis par la voix (τὰ ἐν τῇ φωνῇ) sont les symboles des états de l'âme (παθήματα τῆς ψυχῆς) et les mots écrits les symboles des mots émis par la voix » (De l'interprétation 1, 16 a 3), c'est que la voix, productrice des premiers symboles, a un rapport de proximité essentielle et immédiate avec l'âme.

Cited in De la grammatologie p.21

View bibliographic details for Organon: Catégories, De L'interprétation (detail of this page not available)
Quotation

Organon: Catégories, De L'interprétation

Aristotle

1959

p. 78

« De même que l'écriture n'est pas la même pour tous les hommes, les mots parlés ne sont pas non plus les mêmes, alors que les états de l'âme dont ces expressions sont immédiatement les signes (σημεὶα πρώτως) sont identiques chez tous, comme sont identiques aussi les choses dont ces états sont les images » (16 a. Nous soulignons).

Cited in De la grammatologie p.21

Footnote

Le problème de l'être chez Aristote

Pierre Aubenque

pp. 106-108

C'est ce que montre Pierre Aubenque (Le problème de l'être chez Aristote, p. 106 sq.). Au cours d'une remarquable analyse, dont nous nous inspirons ici, P. Aubenque note en effet : « Dans d'autres textes, il est vrai, Aristote qualifie de symbole le rapport du langage aux choses : "Il n'est pas possible d'apporter dans la discussion les choses elles-mêmes, mais, au lieu des choses, nous devons nous servir de leurs noms comme de symboles." L'intermédiaire que constituait l'état d'âme et ici supprimé ou du moins négligé, mais cette suppression est légitime, puisque les états d'âme se comportant comme les choses, celles-ci peuvent leur être immédiatement substituées. En revanche, on ne peut pas substituer, sans plus, le nom à la chose … » (p. 107-108).

Cited in De la grammatologie p.22

Footnote

Le problème de l'être chez Aristote

Pierre Aubenque

pp. 107-108

C'est ce que montre Pierre Aubenque (Le problème de l'être chez Aristote, p. 106 sq.). Au cours d'une remarquable analyse, dont nous nous inspirons ici, P. Aubenque note en effet : « Dans d'autres textes, il est vrai, Aristote qualifie de symbole le rapport du langage aux choses : "Il n'est pas possible d'apporter dans la discussion les choses elles-mêmes, mais, au lieu des choses, nous devons nous servir de leurs noms comme de symboles." L'intermédiaire que constituait l'état d'âme et ici supprimé ou du moins négligé, mais cette suppression est légitime, puisque les états d'âme se comportant comme les choses, celles-ci peuvent leur être immédiatement substituées. En revanche, on ne peut pas substituer, sans plus, le nom à la chose … » (p. 107-108).

Cited in De la grammatologie p.22

View bibliographic details for Esthétique, III, I. (detail of this page not available)
Quotation

Esthétique, III, I.

Georg Wilhelm Friedrich Hegel

1944

p. 16

« Ce mouvement idéal, par lequel, dirait-on, se manifeste la simple subjectivité, l'âme du corps résonnant, l'oreille le perçoit de la même manière théorique que celle dont l'œil perçoit la couleur ou la forme, l'intériorité de l'objet devenant ainsi celle du sujet lui-même » (Esthétique, III, I., tr. fr. p. 16).

Cited in De la grammatologie p.22