Skip to navigation
Derrida's Library Reference List Interventions Visualization

Use escape to immediately leave any filter panel

▽
Author options
▽
Subject options
▽
Cited by Derrida in options
▽
Language of Publication options
▽
Original Language options
▽
Place of Publication options
▽
Reference Type options
▽ Original Publication Year
Original Publication Year options
-381 1967
▽ Edition Year
▽ Printing Year
Printing Year options
1944 1991

78 Results

Clear All

Sort By

Sort options
↻
Citation

Le discours et le symbole

Edmond Ortigues

1962

p. 62

Cf. par exemple, les notions d'« élaboration secondaire » ou de « symbolisme de seconde intention » in E. Ortigues, Le discours et le symbole, pp. 62 et 171. « Le symbolisme mathématique est une convention d'écriture, un symbolisme scriptural. C'est seulement par un abus de vocabulaire ou par analogie que l'on parle d'un "langage mathématique". L'algorithme est en réalité une "caractéristique", il consiste en caractères écrits. Il ne parle pas, sinon par l'intermédiaire d'une langue qui fournit non seulement l'expression phonétique des caractères, mais aussi la formulation des axiomes permettant de déterminer la valeur de ces caractères. Il est vrai qu'à la rigueur on pourrait déchiffrer des caractères inconnus, mais cela suppose toujours un savoir acquis, une pensée déjà formée par l'usage de la parole. Donc, en toutes hypothèses, le symbolisme mathématique est le fruit d'une élaboration secondaire, supposant au préalable l'usage d'un discours et la possibilité de concevoir des conventions explicites. Il n'en reste pas moins que l'algorithme mathématique exprimera des lois formelles de symbolisation, des structures syntaxiques, indépendantes de tel ou tel moyen d'expression particulier. » Sur ces problèmes, cf. aussi G.-G. Granger, Pensée formelle et sciences de l'homme, p. 38 sq. et notamment pp. 43 et 50 sq. (sur le Renversement des rapports de la langue orale et de l'écriture).

Cited in De la grammatologie p.12

View bibliographic details for Pensée formelle et sciences de l'homme (detail of this page not available)
Citation

Pensée formelle et sciences de l'homme

Gilles-Gaston Granger

1960

p. 38

« Le symbolisme mathématique est une convention d'écriture, un symbolisme scriptural. C'est seulement par un abus de vocabulaire ou par analogie que l'on parle d'un "langage mathématique". L'algorithme est en réalité une "caractéristique", il consiste en caractères écrits. Il ne parle pas, sinon par l'intermédiaire d'une langue qui fournit non seulement l'expression phonétique des caractères, mais aussi la formulation des axiomes permettant de déterminer la valeur de ces caractères. Il est vrai qu'à la rigueur on pourrait déchiffrer des caractères inconnus, mais cela suppose toujours un savoir acquis, une pensée déjà formée par l'usage de la parole. Donc, en toutes hypothèses, le symbolisme mathématique est le fruit d'une élaboration secondaire, supposant au préalable l'usage d'un discours et la possibilité de concevoir des conventions explicites. Il n'en reste pas moins que l'algorithme mathématique exprimera des lois formelles de symbolisation, des structures syntaxiques, indépendantes de tel ou tel moyen d'expression particulier. » Sur ces problèmes, cf. aussi G.-G. Granger, Pensée formelle et sciences de l'homme, p. 38 sq. et notamment pp. 43 et 50 sq. (sur le Renversement des rapports de la langue orale et de l'écriture).

Cited in De la grammatologie p.12

View bibliographic details for Pensée formelle et sciences de l'homme (detail of this page not available)
Citation

Pensée formelle et sciences de l'homme

Gilles-Gaston Granger

1960

p. 43

« Le symbolisme mathématique est une convention d'écriture, un symbolisme scriptural. C'est seulement par un abus de vocabulaire ou par analogie que l'on parle d'un "langage mathématique". L'algorithme est en réalité une "caractéristique", il consiste en caractères écrits. Il ne parle pas, sinon par l'intermédiaire d'une langue qui fournit non seulement l'expression phonétique des caractères, mais aussi la formulation des axiomes permettant de déterminer la valeur de ces caractères. Il est vrai qu'à la rigueur on pourrait déchiffrer des caractères inconnus, mais cela suppose toujours un savoir acquis, une pensée déjà formée par l'usage de la parole. Donc, en toutes hypothèses, le symbolisme mathématique est le fruit d'une élaboration secondaire, supposant au préalable l'usage d'un discours et la possibilité de concevoir des conventions explicites. Il n'en reste pas moins que l'algorithme mathématique exprimera des lois formelles de symbolisation, des structures syntaxiques, indépendantes de tel ou tel moyen d'expression particulier. » Sur ces problèmes, cf. aussi G.-G. Granger, Pensée formelle et sciences de l'homme, p. 38 sq. et notamment pp. 43 et 50 sq. (sur le Renversement des rapports de la langue orale et de l'écriture).

Cited in De la grammatologie p.12

View bibliographic details for Pensée formelle et sciences de l'homme (detail of this page not available)
Citation

Pensée formelle et sciences de l'homme

Gilles-Gaston Granger

1960

p. 50

« Le symbolisme mathématique est une convention d'écriture, un symbolisme scriptural. C'est seulement par un abus de vocabulaire ou par analogie que l'on parle d'un "langage mathématique". L'algorithme est en réalité une "caractéristique", il consiste en caractères écrits. Il ne parle pas, sinon par l'intermédiaire d'une langue qui fournit non seulement l'expression phonétique des caractères, mais aussi la formulation des axiomes permettant de déterminer la valeur de ces caractères. Il est vrai qu'à la rigueur on pourrait déchiffrer des caractères inconnus, mais cela suppose toujours un savoir acquis, une pensée déjà formée par l'usage de la parole. Donc, en toutes hypothèses, le symbolisme mathématique est le fruit d'une élaboration secondaire, supposant au préalable l'usage d'un discours et la possibilité de concevoir des conventions explicites. Il n'en reste pas moins que l'algorithme mathématique exprimera des lois formelles de symbolisation, des structures syntaxiques, indépendantes de tel ou tel moyen d'expression particulier. » Sur ces problèmes, cf. aussi G.-G. Granger, Pensée formelle et sciences de l'homme, p. 38 sq. et notamment pp. 43 et 50 sq. (sur le Renversement des rapports de la langue orale et de l'écriture).

Cited in De la grammatologie p.12

View bibliographic details for Introduction à la métaphysique (detail of this page not available)
Citation

Introduction à la métaphysique

Martin Heidegger

1958

p. 50

Dès l'Introduction à la métaphysique, Heidegger renonce au projet et au mot d'ontologie.

Cited in De la grammatologie p.35

View bibliographic details for Phèdre (detail of this page not available)
Citation

Phèdre

Plato

1938

p. 287

Le mal d'écriture vient du dehors (ἔξωθεν) disait déjà le Phèdre (275 a).

Cited in De la grammatologie p.50

Citation

Phaedrus in Le Banquet / Phèdre

Plato

1964

p. 165

Le mal d'écriture vient du dehors (ἔξωθεν) disait déjà le Phèdre (275 a).

Cited in De la grammatologie p.50

View bibliographic details for Phèdre (detail of this page not available)
Citation

Phèdre

Plato

1961

p. 88

Le mal d'écriture vient du dehors (ἔξωθεν) disait déjà le Phèdre (275 a).

Cited in De la grammatologie p.50

Citation

Fragment d'un Essai sur les langues

Jean-Jacques Rousseau

1861

p. 295

Mnauscrit recueilli dans la Pléiade sous le titre Prononciation (T. II, p. 1 248). On en situe la rédaction aux environs de 1761 (voir la note des éditeurs de la Pléiade). La phrase que nous venons de citer est la dernière du fragment tel qu'il est publié dans la Pléiade. Elle n'apparaît pas dans l'édition partielle du même groupe de notes par Streckeisen-Moultou, sous le titre de Fragment d'un Essai sur les langues et Notes détachées sur le même sujet, in Œuvres inédites de J.-J. Rousseau, 1861, p. 295.

Cited in De la grammatologie p.54

Citation

L'interprétation du rêve

Sigmund Freud

Par un mouvement dont on sait ce qu'il donna à penser à Freud dans le Traumdeutung, Saussure accumule ainsi les arguments contradictoires pour emporter la décision satisfaisante : l'exclusion de l'écriture.

Cited in De la grammatologie p.64

View bibliographic details for Cours de linguistique générale (detail of this page not available)
Citation

Cours de linguistique générale

Ferdinand de Saussure

1960

p. 101

Outre que le phonème est l'inimaginable lui-même, et qu'aucune visibilité ne peut lui ressembler, il suffit de tenir compte de ce que dit Saussure de la différence entre le symbole et le signe (p. 101) pour ne plus comprendre comment il peut à la fois dire de l'écriture qu'elle est « image » ou « figuration » de la langue et définir ailleurs la langue et l'écriture comme « deux systèmes de signes distincts » (p. 45).

Cited in De la grammatologie p.64

View bibliographic details for Principles of Phenomenology (detail of this page not available)
Citation

Principles of Phenomenology in The Philosophical Writings of Peirce

Charles Sanders Peirce

1955

« La science de la sémiotique a trois branches. La première est nommée par Duns Scot grammatica speculativa. Nous pourrions l'appeler grammaire pure. Elle a pour tâche de déterminer ce qui doit être vrai du representamen utilisé par tout esprit scientifique pour qu'il puisse exprimer un sens quelconque (any meaning). La seconde est la logique proprement dite. C'est la science de ce qui est quasi nécessairement vrai des representamina de toute intelligence scientifique pour qu'elle puisse avoir un objet quelconque, c'est-à-dire être vraie. En d'autres termes, la logique proprement dite est la science formelle des conditions de la vérité des représentations. La troisième branche, je l'appellerais, en imitant la manière de Kant lorsqu'il restaure de vieilles associations de mots en instituant une nomenclature pour des conceptions nouvelles, rhétorique pure. Elle a pour tâche de déterminer les lois selon lesquelles, dans toute intelligence scientifique, un signe donne naissance à un autre signe, et plus spécialement selon lesquelles une pensée en engendre une autre. »

Cited in De la grammatologie p.68

View bibliographic details for Phèdre (detail of this page not available)
Citation

Phèdre

Plato

1938

p. 292

(Le Phèdre (277 e) condamnait précisément l'écriture comme jeu – paidia – et opposait cet enfantillage à la gravité sérieuse et adulte (spoudé) de la parole.)

Cited in De la grammatologie p.70

Citation

Phaedrus in Le Banquet / Phèdre

Plato

1964

p. 170

(Le Phèdre (277 e) condamnait précisément l'écriture comme jeu – paidia – et opposait cet enfantillage à la gravité sérieuse et adulte (spoudé) de la parole.)

Cited in De la grammatologie p.70

View bibliographic details for Phèdre (detail of this page not available)
Citation

Phèdre

Plato

1961

p. 93

(Le Phèdre (277 e) condamnait précisément l'écriture comme jeu – paidia – et opposait cet enfantillage à la gravité sérieuse et adulte (spoudé) de la parole.)

Cited in De la grammatologie p.70

View bibliographic details for Essais de linguistique générale (detail of this page not available)
Citation

Essais de linguistique générale

Roman Jakobson

1963

p. 117

Jusqu'à quel point Saussure aurait-il soutenu l'inséparabilité de la matière et de la forme qui reste l’argument le plus important de Jakobson et Halle (p. 117) ?

Cited in De la grammatologie p.77