Skip to navigation
Derrida's Library Reference List Interventions Visualization

Use escape to immediately leave any filter panel

▽
Author options
▽
Subject options
▽
Cited by Derrida in options
▽
Language of Publication options
▽
Original Language options
▽
Place of Publication options
▽
Reference Type options
▽ Original Publication Year
Original Publication Year options
-381 1967
▽ Edition Year
▽ Printing Year
Printing Year options
1944 1991

325 Results

Clear All

Sort By

Sort options
↻
Footnote

Le cru et le cuit

Claude Lévi-Strauss

1964

« Le vrai savant, dit pourtant Lévi-Strauss, n'est pas l'homme qui fournit les vraies réponses, c'est celui qui pose les vraies questions » (Le cru et le cuit).

Cited in De la grammatologie p.183

Footnote

La religion égyptienne

Jacques Vandier

1949

p. 46

Rappelons que dans une séquence de la mythologie égyptienne, Seth. aidé de Thot (dieu de l'écriture ici considéré comme un frère d'Osiris) assassine Osiris par ruse (cf. Vaudier, op. cit., p. 46).

Cited in De la grammatologie p.206

View bibliographic details for Oeuvres complètes de Karl Abraham (detail of this page not available)
Footnote

Oeuvres complètes de Karl Abraham

Karl Abraham

1966

pp. 18s-26

Sans y chercher ici un principe de lecture, nous renvoyons, par curiosité et parmi tant d'autres exemples possibles, à ce que dit Karl Abraham du cyclope, de la peur d'être aveugle, de l'œil, du soleil, de la masturbation, etc., in Œuvres Complètes, trad. Ilse Barande. T. II, p. 18 sq.

Cited in De la grammatologie p.206

View bibliographic details for Rêveries du promeneur solitaire (detail of this page not available)
Footnote

Rêveries du promeneur solitaire in Oeuvres complètes de J.-J. Rousseau, vol. I

Jean-Jacques Rousseau

p. 1068

On pourra objecter que l'animal représente une vie naturelle encore plus vivante que la plante, mais on ne peut le traiter que mort. « L'étude des animaux n'est rien sans l'anatomie » (p. 1068).

Cited in De la grammatologie p.206

View bibliographic details for Rêveries du promeneur solitaire (detail of this page not available)
Footnote

Rêveries du promeneur solitaire in Oeuvres complètes de J.-J. Rousseau, vol. I

Jean-Jacques Rousseau

L'écriture, auxiliaire et supplétif qui tue d'un seul et même geste le père et la lumière. (Cf., supra, p. 101)

Cited in De la grammatologie p.206

View bibliographic details for Confessions (detail of this page not available)
Footnote

Confessions in Oeuvres complètes de J.-J. Rousseau, vol. I

Jean-Jacques Rousseau

p. 106

« Petit fut mon nom, Maman fut le sien, et toujours nous demeurâmes Petit et Maman, même quand le nombre des années en eut presque effacé la différence entre nous. Je trouve que ces deux noms rendent à merveille l'idée de notre ton, la simplicité de nos manières et surtout la relation de nos cœurs. Elle fut pour moi la plus tendre des mères qui jamais ne chercha son plaisir mais toujours mon bien ; et si les sens entrèrent dans mon attachement pour elle, ce n'était pas pour en changer la nature, mais pour le rendre seulement plus exquis, pour m'enivrer du charme d'avoir une maman jeune et jolie qu'il m'était délicieux de caresser ; je dis, caresser au pied de la lettre ; car jamais elle n'imagina de m'épargner les baisers ni les plus tendres caresses maternelles, et jamais il n'entra dans son cœur d'en abuser. On dira que nous avons pourtant eu à la fin des relations d'une autre espèce ; j'en conviens, mais il faut attendre ; je ne puis tout dire à la fois » (p. 106).

Cited in De la grammatologie p.210

Footnote

Le Petit

Georges Bataille

1943

Collage ici de cette phrase de G. Bataille : « Je suis moi-même le « petit », je n'ai de place que caché. » (Le petit).

Cited in De la grammatologie p.210

Footnote

Etude sur Jean-Jacques Rousseau

René Laforgue

1927

p. 370

Mais cette suspicion n'est légitime, nous semble-t-il, que dans la mesure où elle concerne l'abus — qui s'est sans doute jusqu'ici confondu avec l'usage — de la lecture psychanalytique, et où elle ne prescrit pas le redoublement du commentaire habituel qui a rendu ce type de texte le plus souvent illisible. Il faut distinguer ici entre les analyses souvent sommaires et imprudentes, mais parfois aussi éclairantes, du Dr René Laforgue (Etude sur J.-J. Rousseau, in Revue française de psychanalyse, T. I. 1927, p. 370 sq. et Psychopathologie de l'échec, p. 114 sq., 1944) qui d'ailleurs ne fait aucune place aux textes que nous venons de citer, et une interprétation qui tiendrait un compte plus rigoureux, au moins au principe, de l'enseignement de la psychanalyse.

Cited in De la grammatologie p.211

View bibliographic details for Confessions (detail of this page not available)
Footnote

Confessions in Oeuvres complètes de J.-J. Rousseau, vol. I

Jean-Jacques Rousseau

p. 1281

Ce morceau est souvent cité mais l'a-t-on jamais analysé pour lui-même ? Les éditeurs des Confessions dans la Pléiade, B. Gagnebin et M. Raymond, ont sans doute raison de se méfier, comme ils le font toujours très systématiquement, de ce qu'ils appellent la psychiatrie (note p. 1281. Cette même note recense très utilement tous les textes où Rousseau rappelle ses « folies » ou « extravagances »).

Cited in De la grammatologie p.211

Footnote

La Transparence et l'Obstacle

Jean Starobinski

1957

pp. 210-211

Le lieu ou les lieux de la sexualité ne disparaissent-ils pas dans l'analyse d'un comportement global, telle que la recommande Starobinski : « Le comportement érotique n'est pas une donnée fragmentaire : il est une manifestation de l'individu total, et c'est comme tel qu'il doit être analysé. Que ce soit pour le négliger ou pour en faire un sujet d'étude privilégié, on ne peut limiter l'exhibitionnisme à la « sphère » sexuelle : la personnalité entière s'y révèle, avec quelques-uns de ses « choix existentiels » fondamentaux ». (La transparence et l'obstacle, pp. 210-211. Une note nous renvoie à la Phénoménologie de la perception de Merleau-Ponty).

Cited in De la grammatologie p.211

Footnote

La Transparence et l'Obstacle

Jean Starobinski

1957

p. 253

Et ne risque-t-on pas ainsi de déterminer le pathologique de manière très classique, comme « excès » pensé dans des catégories « existentielles » : « Dans la perspective d'une analyse globale, il apparaîtra que certaines données premières de la conscience constituent à la fois la source de la pensée spéculative de Rousseau, et la source de sa folie. Mes ces données-source ne sont pas morbides par elles-mêmes. C'est seulement parce qu'elles sont vécues d'une manière excessive, que la maladie se déclare et se développe... Le développement morbide réalisera la mise en évidence caricaturale d'une question « existentielle » fondamentale que la conscience n'a pas été capable de dominer » (p. 253).

Cited in De la grammatologie p.211

View bibliographic details for L'Œil vivant (detail of this page not available)
Footnote

L'Œil vivant

Jean Starobinski

1961

pp. 115-116

C'est là une des directions dans lesquelles sont engagées les belles et prudentes analyses de J. Starobinski. Ainsi, dans L'œil vivant, la phrase qui vient de nous arrêter est réinscrite dans toute une série d'exemples de substitutions analogues, empruntés pour la plupart à la Nouvelle Héloïse : celui-ci par exemple, entre autres « fétiches érotiques » : « Toutes les parties de ton habillement éparses présentent à mon ardente imagination celles de toi-même qu'elles recèlent : cette coiffure légère que parent de grands cheveux blonds qu'elle feint de couvrir ; cet heureux fichu contre lequel une fois au moins je n'aurai point à murmurer ; ce déshabillé élégant et simple qui marque si bien le goût de celle qui le porte ; ces mules si mignonnes qu'un pied souple remplit sans peine ; ce corps si délié qui touche et embrasse... Quelle taille enchanteresse ! au devant deux légers contours... O spectacle de volupté ! la baleine a cédé à la force de l'impression... Empreintes délicieuses, que je vous baise mille fois! » (pp. 115-116).

Cited in De la grammatologie p.211

Footnote

Psychopathologie de l'échec

René Laforgue

1944

p. 114

Mais cette suspicion n'est légitime, nous semble-t-il, que dans la mesure où elle concerne l'abus — qui s'est sans doute jusqu'ici confondu avec l'usage — de la lecture psychanalytique, et où elle ne prescrit pas le redoublement du commentaire habituel qui a rendu ce type de texte le plus souvent illisible. Il faut distinguer ici entre les analyses souvent sommaires et imprudentes, mais parfois aussi éclairantes, du Dr René Laforgue (Etude sur J.-J. Rousseau, in Revue française de psychanalyse, T. I. 1927, p. 370 sq. et Psychopathologie de l'échec, p. 114 sq., 1944) qui d'ailleurs ne fait aucune place aux textes que nous venons de citer, et une interprétation qui tiendrait un compte plus rigoureux, au moins au principe, de l'enseignement de la psychanalyse.

Cited in De la grammatologie p.211

Footnote

Phénoménologie de la perception

Merleau-Ponty

Le lieu ou les lieux de la sexualité ne disparaissent-ils pas dans l'analyse d'un comportement global, telle que la recommande Starobinski : « Le comportement érotique n'est pas une donnée fragmentaire : il est une manifestation de l'individu total, et c'est comme tel qu'il doit être analysé. Que ce soit pour le négliger ou pour en faire un sujet d'étude privilégié, on ne peut limiter l'exhibitionnisme à la « sphère » sexuelle : la personnalité entière s'y révèle, avec quelques-uns de ses « choix existentiels » fondamentaux ». (La transparence et l'obstacle, pp. 210-211. Une note nous renvoie à la Phénoménologie de la perception de Merleau-Ponty).

Cited in De la grammatologie p.211

View bibliographic details for Confessions (detail of this page not available)
Footnote

Confessions in Oeuvres complètes de J.-J. Rousseau, vol. I

Jean-Jacques Rousseau

p. 40

Dans ces pages célèbres du premier livre des Confessions, Rousseau rapproche les premières pratiques de la lecture (« lectures dérobées ») de ses premières découvertes de l'auto-érotisme. Non que des « livres obscènes et licencieux » l'y aient encouragé. Bien au contraire et « le hasard seconda si bien mon humeur pudique, que j'avais plus de trente ans avant que j'eusse jeté les yeux sur aucun de ces dangereux livres qu'une belle Dame de par le monde trouve incommodes, en ce qu'on ne peut, dit-elle, les lire que d'une main » (p. 40). Sans ces « dangereux livres », Jean-Jacques se donne d'autres dangers.

Cited in De la grammatologie p.214

View bibliographic details for Confessions (detail of this page not available)
Footnote

Confessions in Oeuvres complètes de J.-J. Rousseau, vol. I

Jean-Jacques Rousseau

p. 41

On connaît la suite du paragraphe qui se clôt ainsi : « Il me suffit, quant à présent, d'avoir marqué l'origine et la première cause d'un penchant qui a modifié toutes mes passions, et qui, les contenant par elles-mêmes, m'a toujours rendu paresseux à faire, par trop d'ardeur à désirer » (p. 41).

Cited in De la grammatologie p.214