Skip to navigation
Derrida's Library Reference List Interventions Visualization

Use escape to immediately leave any filter panel

▽
Author options
▽
Subject options
▽
Cited by Derrida in options
▽
Language of Publication options
▽
Original Language options
▽
Place of Publication options
▽
Reference Type options
▽ Original Publication Year
Original Publication Year options
-381 1967
▽ Edition Year
▽ Printing Year
Printing Year options
1944 1991

325 Results

Clear All

Sort By

Sort options
↻
View bibliographic details for Rêveries du promeneur solitaire (detail of this page not available)
Footnote

Rêveries du promeneur solitaire in Oeuvres complètes de J.-J. Rousseau, vol. I

Jean-Jacques Rousseau

pp. 1092-1093

« Mais bientôt ennuyé de vider ma bourse pour faire écraser les gens, je laissai là la bonne compagnie et je fus me promener seul dans la foire. La variété des objets m'amusa longtemps. J'aperçus entre autre cinq ou six Savoyards autour d'une petite fille qui avait encore sur son inventaire une douzaine de chétives pommes dont elle aurait bien voulu se débarrasser. Les Savoyards de leur côté auraient bien voulu l'en débarrasser mais ils n'avaient que deux ou trois liards à eux tous et ce n'était pas de quoi faire une grande brèche aux pommes. Cet inventaire était pour eux le jardin des Hespérides, et la petite fille était le dragon qui le gardait. Cette comédie m'amusa longtemps ; j'en fis enfin le dénouement en payant les pommes à la petite fille et en les lui faisant distribuer aux petits garçons. J'eus alors un des plus doux spectacles qui puissent flatter un cœur d'homme, celui de voir la joie unie avec l'innocence de l'âge se répandre autour de moi. Car les spectateurs mêmes en la voyant la partagèrent, et moi qui partageais à si bon marché cette joie, j'avais de plus celle de sentir qu'elle était mon ouvrage. »

Cited in De la grammatologie p.158

Footnote

Essai sur l'origine des langues

Jean-Jacques Rousseau

1817

« Ces trois manières d'écrire répondent assez exactement aux trois divers états sous lesquels on peut considérer les hommes rassemblés en nation. La peinture des objets convient aux peuples sauvages ; les signes des mots et des propositions, aux peuples barbares ; et l'alphabet aux peuples policés. »

Cited in De la grammatologie p.161

View bibliographic details for Tristes Tropiques (detail of this page not available)
Footnote

Tristes Tropiques

Claude Lévi-Strauss

1955

p. 350

« … Si l'Occident a produit des ethnographes, c'est qu'un bien puissant remords devait le tourmenter » (« Un petit verre de rhum », Tristes tropiques, ch. 38).

Cited in De la grammatologie p.163

View bibliographic details for Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes (detail of this page not available)
Footnote

Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes in Oeuvres complètes de J.-J. Rousseau, vol. I

Jean-Jacques Rousseau

p. 156

« C'est la raison qui engendre l'amour-propre, et c'est la réflexion qui le fortifie ; c'est elle qui replie l'homme sur lui-même ; c'est elle qui le sépare de tout ce qui le gêne et l'afflige. C'est la philosophie qui l'isole ; c'est par elle qu'il dit en secret, à l'aspect d'un homme souffrant : "Péris si tu veux ; je suis en sûreté". »

Cited in De la grammatologie p.164

Footnote

Encyclopédie

Denis Diderot

1751

À propos de Diderot, notons au passage que la séverité de son jugement sur l'écriture et le livre ne le cédait en rien à celle de Rousseau. L'article livre dont il fut l'auteur, dans l'Encyclopédie, est un réquisitoire d'une grande violence.

Cited in De la grammatologie p.165

Footnote

Jean-Jacques Rousseau, fondateur des sciences de l'homme

Claude Lévi-Strauss

1962

p. 242

Dans la Conférence de Genève, Lévi-Strauss croit pouvoir opposer simplement Rousseau aux philosophes qui prennent leur « point de départ dans le cogito » (p. 242).

Cited in De la grammatologie p.168

View bibliographic details for Anthropologie structurale (detail of this page not available)
Footnote

Anthropologie structurale

Claude Lévi-Strauss

1958

p. 365

Cette lettre n'a jamais été publiée par la Nouvelle Critique. On peut la lire dans Anthropologie Structurale, p. 365.

Cited in De la grammatologie p.170

View bibliographic details for Entretiens avec Claude Lévi-Strauss (detail of this page not available)
Footnote

Entretiens avec Claude Lévi-Strauss

Georges Charbonnier

1961

pp. 28-29

Sur ce thème du hasard, présent dans Race et histoire (pp. 256-271) et dans La pensée sauvage, cf. surtout les Entretiens (pp. 28-29) : en développant longuement l'image du joueur à la roulette, Lévi-Strauss explique que la combinaison complexe qui constitue la civilisation occidentale, avec son type d'historicité déterminée par l'usage de l'écriture, aurait très bien pu se faire dès les débuts de l'humanité, elle aurait pu se faire beaucoup plus tard, elle s'est faite à ce moment, « il n'y a pas de raison, c'est ainsi. Mais vous me direz : "Ce n'est pas satisfaisant." » Ce hasard est déterminé aussitôt après comme « acquisition de l'écriture ». C'est là une hypothèse à laquelle Lévi-Strauss reconnaît ne pas tenir mais dont il dit qu'il « faut d'abord l'avoir présent à l'esprit ». Même s'il n'implique pas la croyance au hasard (cf. La pensée sauvage, p. 22 et p. 291), un certain structuralisme doit l'invoquer pour rapporter entre elles les spécificités absolues des totalités structurelles. Nous verrons comment cette nécessité s'est aussi imposée à Rousseau.

Cited in De la grammatologie p.171

View bibliographic details for La pensée sauvage (detail of this page not available)
Footnote

La pensée sauvage

Claude Lévi-Strauss

1962

Sur ce thème du hasard, présent dans Race et histoire (pp. 256-271) et dans La pensée sauvage, cf. surtout les Entretiens (pp. 28-29) : en développant longuement l'image du joueur à la roulette, Lévi-Strauss explique que la combinaison complexe qui constitue la civilisation occidentale, avec son type d'historicité déterminée par l'usage de l'écriture, aurait très bien pu se faire dès les débuts de l'humanité, elle aurait pu se faire beaucoup plus tard, elle s'est faite à ce moment, « il n'y a pas de raison, c'est ainsi. Mais vous me direz : "Ce n'est pas satisfaisant." » Ce hasard est déterminé aussitôt après comme « acquisition de l'écriture ». C'est là une hypothèse à laquelle Lévi-Strauss reconnaît ne pas tenir mais dont il dit qu'il « faut d'abord l'avoir présent à l'esprit ». Même s'il n'implique pas la croyance au hasard (cf. La pensée sauvage, p. 22 et p. 291), un certain structuralisme doit l'invoquer pour rapporter entre elles les spécificités absolues des totalités structurelles. Nous verrons comment cette nécessité s'est aussi imposée à Rousseau.

Cited in De la grammatologie p.171

View bibliographic details for La pensée sauvage (detail of this page not available)
Footnote

La pensée sauvage

Claude Lévi-Strauss

1962

p. 22

Sur ce thème du hasard, présent dans Race et histoire (pp. 256-271) et dans La pensée sauvage, cf. surtout les Entretiens (pp. 28-29) : en développant longuement l'image du joueur à la roulette, Lévi-Strauss explique que la combinaison complexe qui constitue la civilisation occidentale, avec son type d'historicité déterminée par l'usage de l'écriture, aurait très bien pu se faire dès les débuts de l'humanité, elle aurait pu se faire beaucoup plus tard, elle s'est faite à ce moment, « il n'y a pas de raison, c'est ainsi. Mais vous me direz : "Ce n'est pas satisfaisant." » Ce hasard est déterminé aussitôt après comme « acquisition de l'écriture ». C'est là une hypothèse à laquelle Lévi-Strauss reconnaît ne pas tenir mais dont il dit qu'il « faut d'abord l'avoir présent à l'esprit ». Même s'il n'implique pas la croyance au hasard (cf. La pensée sauvage, p. 22 et p. 291), un certain structuralisme doit l'invoquer pour rapporter entre elles les spécificités absolues des totalités structurelles. Nous verrons comment cette nécessité s'est aussi imposée à Rousseau.

Cited in De la grammatologie p.171

View bibliographic details for La pensée sauvage (detail of this page not available)
Footnote

La pensée sauvage

Claude Lévi-Strauss

1962

p. 291

Sur ce thème du hasard, présent dans Race et histoire (pp. 256-271) et dans La pensée sauvage, cf. surtout les Entretiens (pp. 28-29) : en développant longuement l'image du joueur à la roulette, Lévi-Strauss explique que la combinaison complexe qui constitue la civilisation occidentale, avec son type d'historicité déterminée par l'usage de l'écriture, aurait très bien pu se faire dès les débuts de l'humanité, elle aurait pu se faire beaucoup plus tard, elle s'est faite à ce moment, « il n'y a pas de raison, c'est ainsi. Mais vous me direz : "Ce n'est pas satisfaisant." » Ce hasard est déterminé aussitôt après comme « acquisition de l'écriture ». C'est là une hypothèse à laquelle Lévi-Strauss reconnaît ne pas tenir mais dont il dit qu'il « faut d'abord l'avoir présent à l'esprit ». Même s'il n'implique pas la croyance au hasard (cf. La pensée sauvage, p. 22 et p. 291), un certain structuralisme doit l'invoquer pour rapporter entre elles les spécificités absolues des totalités structurelles. Nous verrons comment cette nécessité s'est aussi imposée à Rousseau.

Cited in De la grammatologie p.171

Footnote

Race et histoire

Claude Lévi-Strauss

1952

pp. 256-271

Sur ce thème du hasard, présent dans Race et histoire (pp. 256-271) et dans La pensée sauvage, cf. surtout les Entretiens (pp. 28-29) : en développant longuement l'image du joueur à la roulette, Lévi-Strauss explique que la combinaison complexe qui constitue la civilisation occidentale, avec son type d'historicité déterminée par l'usage de l'écriture, aurait très bien pu se faire dès les débuts de l'humanité, elle aurait pu se faire beaucoup plus tard, elle s'est faite à ce moment, « il n'y a pas de raison, c'est ainsi. Mais vous me direz : "Ce n'est pas satisfaisant." » Ce hasard est déterminé aussitôt après comme « acquisition de l'écriture ». C'est là une hypothèse à laquelle Lévi-Strauss reconnaît ne pas tenir mais dont il dit qu'il « faut d'abord l'avoir présent à l'esprit ». Même s'il n'implique pas la croyance au hasard (cf. La pensée sauvage, p. 22 et p. 291), un certain structuralisme doit l'invoquer pour rapporter entre elles les spécificités absolues des totalités structurelles. Nous verrons comment cette nécessité s'est aussi imposée à Rousseau.

Cited in De la grammatologie p.171

Footnote

La vie familiale et sociale des Indiens Nambikwara

Claude Lévi-Strauss

1948

p. 3

« Il est superflu de souligner qu'on ne trouvera ici une étude exhaustive de la vie et de la société Nambikwara. Nous n'avons pu partager l'existence des indigènes que pendant la période nomade, et cela seul suffirait à limiter la portée de notre enquête. Un voyage entrepris pendant la période sédentaire apporterait sans doute des informations capitales et permettrait de rectifier la perspective d'ensemble. Nous espérons pouvoir l'entreprendre un jour » (p. 3).

Cited in De la grammatologie p.174

View bibliographic details for Anthropologie structurale (detail of this page not available)
Footnote

Anthropologie structurale

Claude Lévi-Strauss

1958

p. 33

Histoire et ethnologie (R.M.M., 1949 et Anthropologie structurale, p. 33) : « L'ethnologue s'intéresse surtout à ce qui n'est pas écrit, non pas tant parce que les peuples qu'il étudie sont incapables d'écrire, que parce que ce à quoi il s'intéresse est différent de tout ce que les hommes songent habituellement à fixer sur la pierre ou sur le papier. »

Cited in De la grammatologie p.181

View bibliographic details for La pensée sauvage (detail of this page not available)
Footnote

La pensée sauvage

Claude Lévi-Strauss

1962

p. 22

Rappelant, dans « Un petit verre de rhum », que, « au néolithique, l'homme a déjà fait la plupart des inventions qui sont indispensables pour assurer sa sécurité. On a vu pourquoi on peut en exclure l'écriture », Lévi-Strauss note que l'homme d'alors n'était certes « pas plus libre qu'aujourd'hui. » « Mais sa seule humanité faisait de lui un esclave. Comme son autorité sur la nature restait très résuite, il se trouvait protégé et dans une certaine mesure affranchi par le coussin amortisseur de ses rêves. » Cf. aussi le thème du « paradoxe néolithique » dans La pensée sauvage (p. 22)

Cited in De la grammatologie p.181

View bibliographic details for Tristes Tropiques (detail of this page not available)
Footnote

Tristes Tropiques

Claude Lévi-Strauss

1955

p. 352

Rappelant, dans « Un petit verre de rhum », que, « au néolithique, l'homme a déjà fait la plupart des inventions qui sont indispensables pour assurer sa sécurité. On a vu pourquoi on peut en exclure l'écriture », Lévi-Strauss note que l'homme d'alors n'était certes « pas plus libre qu'aujourd'hui. » « Mais sa seule humanité faisait de lui un esclave. Comme son autorité sur la nature restait très résuite, il se trouvait protégé et dans une certaine mesure affranchi par le coussin amortisseur de ses rêves. » Cf. aussi le thème du « paradoxe néolithique » dans La pensée sauvage (p. 22)

Cited in De la grammatologie p.181